Archives pour la catégorie Famille

Le prix de la gourmandise

Lors de nos vacances en Normandie quand j’étais petite, nous nous sommes rendus dans un zoo, mes parents, ma soeur, et mes grands parents. Pendant la visite, j’ai entamé un paquet de tartelettes à la fraise, tout en observant les animaux du parc. Au même moment, nous sommes arrivés devant un espace ouvert où les singes évoluaient librement d’arbres en arbres. Nous nous sommes arrêtés quelques instants devant eux et… tout à coup, ma vue s’est soudainement bouchée. Quelque chose m’avait foncé dessus, et tout s’est passé très vite, en l’espace de quelques secondes seulement. Ce n’est que lorsque le singe est retourné sur sa branche en train de déguster ma tartelette que j’ai compris que c’était celui-ci qui était venu me la voler en venant grimper sur ma tête !

Si cela a bien fait rire toute ma famille, passé le choc de la surprise, je n’ai pas tardé à faire une crise de larmes, un peu parce que j’avais eu peur… Mais je me souviens que c’était surtout parce que je n’avais plus ma tartelette ! Finalement j’ai rapidement pu être consolée avec un autre des gâteaux qu’il y avait dans le paquet, en prenant bien attention cette fois à ce qu’il n’y ait pas de singes farceurs dans le périmètre !!!

Vacances à Noirmoutier

Voici une petite histoire de vacances avec ma fille Claire.

Elle se situe en 1995 ou 1996 (oups, cela ne me rajeunie pas!).

Catherine, une voisine qui avait de la tune (contrairement à moi), avait loué une maison sur l’ile de Noirmoutier pour le mois de Juillet.

Elle me propose de venir passer quelques jours avec elle et ses 2 enfants.

Tu parle que j’ai dit oui!!! des vacances à la mer avec ma fille!!!

Donc on convient d’une date de départ, je réserve les billets de train via St Jean de Monts (en Vendée, pour les nuls en géo!). Après je dois prendre un car pour Beauvoir sur Mer.Il est convenu que Catherine vienne nous chercher à la gare routière.

Le jour J, Claire et moi prenons le train à l’heure dite,toutes heureuses d’aller à la mer.

Le problème c’est que le train à pris plus d’une heure de retard… que le car est depuis longtemps parti.

Je téléphone à Catherine pour lui expliquer la situation, mais elle ne répond pas. Après plusieurs coups de fil infructueux, je dois prendre une décision.Le prochain car ne part que le soir et je n’ai pas l’adresse de la maison de vacances.

Je décide donc de prendre ma fille par la main et de lever le pouce! En espérant qu’un automobiliste est pitié de nous.

Et bien en final nous sommes arrivées avant le car qui était parti 1 ou 2 heures avant nous…. le type qui nous a pris en stop a fait plusieures dizaines de kilomètres pour nous déposer en temps et en heure…

Conclusion :  faire du stop avec une enfant est une entreprise risquée… mais payante…

Re : Nos vacances ont été super chouette

Jeu d’enfant

on était dans le jardin de notre maison à San pédro. Avec ma grande sœur on jouait à cache cache avec nos barbies. Un moment je me cache derrière un arbre avec mon personnage lorsque je remarque un gros vers par terre. Je recule dégoûtée et j’appelle ma sœur pour lui montrer. Elle vient on se rapproche on regarde de plus près et là on se rend compte que c’est un petit serpent. On hurle et on part en courant dans la maison. C’était vraiment drôle :)

Admiration

Je me souviens du jour où j’ai pensé : « j’admire ma fille » pour la première fois.

Je l’avais toujours aimée, instinctivement, entièrement, je m’en étais occupée, je l’avais « élevée ».

Et puis un soir, lors d’une partie d’un jeu de mots appelé Boggle, j’ai entendu son humour, plus particulièrement son sens de l’auto-dérision, le choix gracieux de mots dévalorisants, le jeu et la finesse dans la manière de les annoncer.

Le lendemain, au téléphone, je lui en ai parlé. Elle m’a simplement dit qu’à l’adolescence, elle se sentait plutôt maladroite, et qu’elle avait bien eu besoin d’apprendre l’auto-dérision.

Ce ne sont pas ses mots exacts, que malheureusement j’ai oubliés, mais ce dont je me souviens très bien, c’est de mon sentiment immédiat d’admiration, d’une pièce qui s’ajoutait au puzzle, et me donnait soudain le sens d’une profondeur, d’une personne qui s’était construite, qui avait vraiment commencé à réussir dans la plus difficile des aventures, devenir quelqu’un.